Oc’s

Welcom to my blog dedicated to all my characters

Sommaire :

╭┈┈┈┈┈ ꜥꜤ ̼៹˚⸙⨾~
𝕥ᥲᖯꪶⅇ ꪮᠻ ᥴꪮꪀ𝕥ꫀꪀ𝕥᥉—🥡
↷.‧⁺Ꭺ᥉tɾéꫀ ℳᥡᥙ᥉ᥙkเ-Ꭰᥲ᥎ꪮn
↷.‧⁺Ⲋꪮᥣᥲᥣ ℳᥡᥙ᥉ᥙkเ
↷.‧⁺Ꮮꫀᥕเ᥉ Ꮃꪮꪮdhꫀꫀd
↷.‧⁺Ⲋᥲρhเɾ Ꭱꪮᥣᥣ'᥉
↷.‧⁺Ꭺᥣเ᥉tᥲเɾ Ꭺᥣꪮเ᥉ ᥎ᥲᥒ dꫀɾ ℳüᥙtꫀɾ
↷.‧⁺Ꭺᥣᥕꫀᥒ Ꮒꫀเᥒɾเᥴh
↷.‧⁺Ꭼ᥎ꫀᥣ Ᏼɾꪮᥕᥒ
↷.‧⁺Ꭺᥒdɾꫀᥕ Ⲋtᥲเᥒ
↷.‧⁺Ꭼเdꫀᥒ Ꮓᥡᥲɾ
↷.‧⁺Ꭱᥲเᥒ Ꮓꫀρhเɾ
↷.‧⁺ Freiderich Himler
↷.‧⁺Ꮒᥲdè᥉ ℳꪮꪮᥒɾꪮ᥉ꫀ
↷.‧⁺Ꭺdᥲꪑ Ꭻöɾg
↷.‧⁺ Ꮯᥲɾ᥉tꫀᥒ ℳเᥒt
↷.‧⁺ Ꭼᥒgꫀᥣ ᥎ᥲᥒ dꫀɾ ℱɾëᥒ

Oc

Astree Myusuki-Davon

🍀༉ Carte d'identité 𖧧 :

Nom : Myusuki-Davon
Prénom : Astrée
ge : 19 ans
Date de naissance : 5 novembre 2012
Nationalité : Américain
Origine : Grequo-japonais
Taille : 1m73
Couleur des yeux : Vert

☘ ༉ Caractère 𖧧 :

Une douce personne au caractère bien trempé. Astrée est un jeune homme à la fois très doux, délicat tout en étant venimeux et sur la défensive. Il est très sensible, pour être exact il est hypersensible. Pour couronner le tout, il est facilement irritable sur des sujets qui ne sont pas à aborder avec lui. Mis à part ce côté assez lunatique, c'est un homme très attachant. Il n'est capable du pire que lorsqu'on le force et qu'il se trouve au bord de la falaise. Il attire naturellement les gens avec son charme, parfois sans rien faire d'extravagant, les gens se mettent à penser qu'il est intéressé par eux. Il tient un petit jardin chez sa mère où il prend le plus grand soin de ses fleurs et fruits. Ça lui permet d'être coupé du monde et bien qu'il ne soit pas doué avec les êtres humains, il savait parler aux plantes et il avait l'impression qu'elles seules le comprenaient. Ce n'est pas un très grand bavard dans l'âme. Il est très rationnel et prend parfois les mots aux pieds de la lettre. Il a du mal avec le sarcasme et l'ironie.

☘ ༉ Histoire 𖧧 :

Astrée vient du grec : « vierge-étoile ». Ce nom avait été donné à la fille de Zeus. Elle ne supportait pas la violence du monde des mortels dans lequel elle vivait et avait donc décidé d'aller au ciel parmi les étoiles. Son nom a plus tard donné la constellation de la Vierge.

Sa mère étant d'origine grecque , et elle-même une croyante des dieux de la Grèce ancienne avait donné comme nom à son fils celui de la fille de Zeus. Son histoire l'a toujours grandement ému et depuis toute jeune elle voulait appeler son enfant comme ça si elle en avait. Bien que cela soit un nom féminin elle le donna à son fils. De toute façon la jeune femme trouvait cela ridicule de donner un genre à un prénom. Astrée était le fruit de l'union entre l'homme qu'aimait sa mère et elle. Malheureusement pour la jeune femme, les sentiments qu'elle éprouve pour lui n'ont jamais été partagé. Elle était heureuse d'annoncer à Solal qu'elle était enceinte. Ce dernier n'a pas sauté de joie, au contraire, il lui avait immédiatement demandé d'avorter. Mélodie se noya sous le chagrin, le cœur brisé comme jamais. Elle accepta d'avorter mais arrivée à l'hôpital, elle n'avait pas pu le faire. C'était impossible pour elle d'abandonner son bébé. Elle décida de le garder malgré tout. Sa mère était une femme très indépendante. Elle a un bel appartement très mignon et travaille en tant que psychologue.

À sa naissance, Mélodie en avait informé Solal. Ce dernier avait pété un si grand câble et tout retourné dans sa maison. Il était
tellement en colère parce qu'elle lui avait menti et avait tout de suite refusé de le connaître. Il lui ordonna de dire que son père était mort. Cependant, encore une fois, c'était bien trop dur pour elle. À chaque fois qu'elle essayait de dire ça, Astrée avait les yeux qui s'humidifient.

🍀 ༉ Facts 𖧧 :

Sael

Sael Goldwilson

🥀 Carte d'identité 🥀 :

Nom : Goldwilson
Prénom : Sael
ge : 17 ans
Date de naissance : 6 décembre 1897
Nationalité : Allemande
Origine : Anglais & allemand
Taille : 1m51
Couleur des yeux : Bleu


🥀 Caractère ;🥀

D'une maturité sans nom pour son âge. Il faisait partie de la petite aristocratie et connaissait les bonnes manières. Le jeune homme prend soin de lui et s'exprime avec beaucoup d'éloquence. Malgré le fait qu'il travaille déjà, il a toujours sa part d'enfant en lui. Il a toujours le sourire aux lèvres et est appelé «rayon de soleil» par sa famille. Il a une forte personnalité assez imposante. Drôle, passionné et intelligent, il mettait dans sa poche tous les proches et sa famille lors des bals et banquets.

🥀 Histoire 🥀 :

S’il devait faire son autobiographie, il ne s’attarderait pas à raconter sa vie comme Rousseau l’avait fait. Il n’avait pas l’esprit aussi lubrique que ce dernier pour confesser dans ses mémoires qu’il avait un penchant masochiste pour la fessée depuis son jeune âge. Non, Sael n’avait rien à compter sur son enfance si ce n’est ces incalculables activités qu’il pratiquait. Et encore ce n’était rien d’exceptionnel, il vivait simplement comme tout jeune homme de son rang social. Il savait chanter, danser, composer, jouer du violon et du piano, lire des poèmes, essais, maximes ou romans. Il savait aussi parler l’anglais, l’allemand, le français et l’italien, il pratiquait de l’escrime, la chasse ainsi que nombreuses autres choses dans d’autres domaines où il excellait. Il avait un Q.I bien au-dessus de la moyenne. Il savait faire des maths mieux que n’importe qui, il s’adonnait à sa passion que fut l’écriture et en était doué. Ces quelques phrases résument avec succès son enfance. Il passa le reste de son temps à des bals ainsi que des banquets où il tissa de nombreux liens avec d’autres personnes de son rang. Il était promis à une très belle femme pour ses vingt et un ans, tout son avenir était déjà tracé. Que cela soit son métier ou sa future famille qu’il fondra, bien sûr il ne s’y opposa jamais. C’était tout naturel pour lui de suivre cette voie qui lui était déjà toute écrite.

28 juin 1914 :

Le pays entier était en état d’urgence. Les véhicules avaient été perquisitionnés et l’Allemagne était en route pour Paris. Ces horribles français avaient osé commettre l’irréparable et ils allaient le payer par leur sang. L'armée allemande était en marche pour ce qui allait être la plus horrible et la plus totale des guerres sans même que le monde ne soit au courant. Le père du jeune homme y alla en premier, le gouvernement appelant tous les hommes à aller au front pour l’honneur du pays. Sael fut brutalement arraché des mains de sa belle petite vie et de sa mère. Il s’engagea à l'armée pour rejoindre son père et ses frères d’armes. Très vite muté au même régiment que son géniteur, il vécut l’une des plus traumatisantes expériences de sa vie. Chaque jour était vécu comme le dernier, la peur de mourir planait chez tout le monde. La fatigue se faisait ressentir, peu de repos leur était accordé et ils entendaient tous les jours des bruits de bombardements, mitrailles et autres. Il eut la chance d’être prêt de son père pour les deux premières années de la guerre. Il avait certes eu la chance de ne pas rester très longtemps au front et surtout travailler dans les bases militaires avec les hauts placés mais ces derniers draguaient très souvent le garçon aux airs androgyne. Souvent pris pour une petite secrétaire par ces derniers, on lui demandait souvent d’effectuer des actions qui lui paraissaient insensées comme faire du charme à telle ou telle personne. Bien évidemment, Sael exécutait ces ordres de peur d’être renvoyé au front, l’endroit qu’il redoutait le plus. C’est ainsi qu’il passa un an dans la base militaire se trouvant au cœur de la capitale.

19 janvier 1916 :

L’escouade de son père rentra d’une mission, celui heureux de le retrouver s’empressa de les rejoindre dans la grande salle. Tout le monde avait une mine sombre, les yeux rivés au sol. Il avait eu du mal à croire que son père s’en était allé dans l'au -delà. Ce jour-là il s’en souvenait parfaitement parce qu’il avait fondu en larmes devant cette vingtaine d’hommes. Certains le prenaient pour leur fils et le réconfortaient. D’autres avaient saisi cette occasion pour pousser plus loin ces flirts habituels. Au final Sael fut muté ailleurs. Il allait de plus en plus souvent au front puisqu’il n’y avait plus son géniteur pour s’y opposer.

Il ne savait pas si c’était l’ambiance de la guerre et le fait de ne pas être en contact de femmes mais il prenait un certain plaisir à se faire courtiser par la gente masculine. Ce qui lui plaisait le moins était lorsque des hommes assez vieux, l’âge de son père, le tripotait. Il ne trouvait jamais ça agréable mais se laissait faire de toute manière il était déjà brisé par la guerre rien ne pouvait empirer cette situation. Il avait eu la chance de faire la connaissance de cet homme plus âgé que lui qui prit soin de lui et fit en sorte que les hommes sous son autorité n’aillent jamais loin avec le blond.

Décembre 1916 :

La famine régnait dans tout le pays, la plèbe vivait dans la pire des misères qu’il soit pendant que les aristocrates se trouvaient bien sagement dans leur demeure à plaisanter entre eux et se nourrir comme bon leur semble.

C’est dans cette ambiance que Sael fut rapatrié lorsqu’il subit une blessure presque mortelle. Elle lui coûta l’usage d’une de ses mains qui resta paralysé encore maintenant.

Il fut reconduit chez lui et les médecins s’occupèrent de lui. Sa mère avait déployé tous les moyens existant pour sauver sa main mais rien ne marcha. Il était condamné à vivre avec une main qui ne fonctionnera peut-être plus jamais. Les yeux pétillants du jeune homme avaient perdu leur vivacité et leur couleur. Il n’était que l’ombre de lui-même. Il n’avait que 19 ans et il avait vécu des choses qu’il aurait aimé n’être qu’un rêve. La dure réalité lui rappelait sans cesse que tout était vrai, pas une seule chose n'avait été fausse.

Comme si cela ne suffisait pas, il parla à coeur ouvert avec sa mère sur ce qu’il avait ressentit pour les hommes lors de ces deux ans. Bien sûr pour Sael c’était très dur pour lui de se dire qu’il était attiré par les hommes. Il avait le mal en lui et avait une attirance plus que lubrique qui le dégoutait du plus profond de son cœur. Il aurait aimé que cela ne soit pas vrai mais il tomba amoureux d’un homme lors de la guerre, cet homme était mort et il en avait souffert, mais cela l’aida à ouvrir les yeux sur ce qu’il ressentait au fond de lui.

Sa mère qu’il considérait comme son pilier et sa plus grande confidente n’eut aucun remord à le raconter à ses frères. C’est là que ses oncles l’emmena loin des autres. Ça aurait été une grosse honte si jamais leur entourage l’apprenait. Il passa au début un mois auprès de ses oncles à être éduqué sur à quel point être homosexuel était synonyme de Satan et de l’enfer. L’un de ses oncles l’avait violé sans remords pour lui montrer à quel point cet acte était dégoûtant. Cela n’avait pas semblé marcher sur le jeune homme qui aimait toujours les hommes. Bien que totalement traumatisé par ce mois chez eux, il fut ensuite interné dans un hôpital psychiatrique. Les médecins qui s’y trouvaient avaient trouvé un remède pour retirer ce mal du corps d’un homme. Il avait testé l’hydrothérapie, on le forçait à prendre des bains bouillants pour ensuite le jeter dans un bain glacé. Les chocs thermiques et la douleur de la chaleur et du froid le tuait petit à petit de l’intérieur. Il pleurait et suppliait de les faire arrêter sans succès. Il jurait de ne plus jamais penser aux hommes et qu’il ne s’y approchera plus mais cela ne semblait pas faire reculer les médecins qui avaient tenté aussi la thérapie de vaincre le mal par le mal. La torture était monnaie courante là bas et certain médecin prenait plaisir à passer du bon temps avec le corps du jeune garçon.

Passé un an dans un établissement comme celui-ci le changea, il n’était qu’une loque vivante. Vivre une guerre plus un internement était tout simplement inhumain. En retournant chez lui, il fut bien plus silencieux qu’on ne le croirait. Il obéissait juste par automatisme à ce qu’on lui ordonnait de faire. Il était redevenu le parfait homme devant le reste de son monde. Sa famille avait menti aux autres familles en disant qu’il avait passé un an dans un centre de rééducation pour sa main qui n’avait abouti à rien puisqu’elle était toujours invalide.

Et même s' il avait traversé tout cela, il pensait toujours à cet homme qu’il avait croisé dans la tranchée ennemie. C’était comme si il était la lumière de ce monde sombre et froid qui l’entourait, l’oxygène qui le gardait en vie.

ஓ๑♡๑ஓ
🥀 Bonus : Lettre 🥀

“Très cher inconnu,

Ce n'est pas chose courante que je prenne ma plume pour écrire une lettre à une personne que je ne connais ni d'Adam ni d'Ève. Cependant, lorsque mon regard a croisé le vôtre, mon cœur s'en est affolé. J'ai bien conscience que ce genre d'attirance charnelle est vu comme étant un péché. Le moment où mon regard se posa sur votre silhouette attrayante, tous mes mœurs ont été mises de côté. Je ne saurais expliquer ce qui a traversé mon esprit mais depuis ce jour je n'ai cessé de penser à vous. Nous nous trouvions en pleine guerre lorsque je vous ai croisé. Bien que vous ne soyez pas un soldat allemand et que je sois intéressé par un homme du camp adversaire je n'ai pas choisis d'être énamouré de votre personne. J'ai espoir qu'un jour nos destins se rencontrent à nouveau dans de meilleures conditions. De plus, si par heureux hasard vous aussi seriez de ce bord là je vous prierais de bien prendre le temps de me répondre. Je suis conscient que cela à l'air tiré par les cheveux et que vous, de votre côté, vous n'aviez aucune idée de qui je suis. Par précaution je ne peux vous communiquer mon nom.À défaut de vous donner mon nom je vais vous donner un pseudonyme vous m'en excuserez. Je me prénomme Sol et je suis âgé de 21 ans. La première fois que je vous ai vu cela remonte à trois années, si vous n'êtes pas mauvais en mathématiques vous auriez compris que j'avais 19 ans lorsque mes plus sincères sentiments sont nés. J'ai remué ciel et terre afin de vous retrouver et, non loin de paraître narcissique,j'ai fait jouer toutes mes relations au sein de l'armée et de la haute bourgeoisie. Quelle fut mon soulagement lorsque j'ai appris que vous n'aviez pas perdu la vie et que, de plus, vous habitez non loin de notre frontière. Je sais bien que je suis allemand et vous français mais le monde a déjà connu des liaisons interdites bien pire que celle-ci. De peur que cette lettre ne tombe aux mains d'une personne de mon entourage je ne peux pas joindre une photographie de ma personne cependant je peux vous faire un description détaillée de ce à quoi je ressemble. Ma peau est livide s'apparentant à un teint blafard mais à la fois pur et doux. Une fine chevelure soyeuse à la couleur d'un champ de blé en plein été arrivant à mes épaules. Des yeux bleus aussi profonds qu'un océan où on s'y perdrait. Dame nature m'a doté d'une petite taille, je mesure précisément 1m51. Quant à ma silhouette, un corps gracieusement gâté par mes géniteurs. En effet je possède une fine taille aux courbes attrayantes, on dit de moi que j'ai une magnifique chute de rein ainsi qu'une silhouette enivrante voir plus chavirante qu'un dieu grec. Je fais partie de la haute bourgeoisie anciennement aristocrate ce qui explique mes facilités à user de la langue de Molière. Assez parler de moi.Je désirerais ardemment discuter ou échanger avec vous. Ceci a l'air d'être une blague de mauvais goût ou quelque peu précipité mais veuillez comprendre mes sincères intentions. Si votre curiosité vous apporte le désire d'en savoir plus je prendrai avec plaisir le risque de venir vous rencontrer lorsque je lirais votre réponse.

Mes sincères salutations,
Sol
En provenance de Heidelberg.”

Maelen

Maelen O’Bryan

♡ ༉ Caractère𖧧 :

Très longtemps passif voir presque invisible, Maëlen n'était remarqué par personne. Toujours dans sa bulle il n'essayez pas spécialement de se faire des amis. Il faut dire que rien ne l'intéressait dans la vie, vraiment rien. Il faisait parti de ceux qui n'ont pas le goût à la vie. Il attendait simplement que la mort vienne à lui. Concrètement ça ne faisait pas de lui une personne au sale caractère. Il a toujours eu ce peps et cette jovialité en lui, il cachait juste au reste du monde. Peut être était-ce de la timidité ? Ou était-il juste assez réservé comme garçon. Depuis quelques années ces traits qui le définissairent, changèrent et s'améliorèrent. Toujours aussi peu sociable cependant les gens venaient d'eux même vers lui. Il ne les remballait jamais. Un éternel sourire aux lèvres il propageait sa joie de vivre autour de lui. Jamais méchant avec les autres, très attentif à autrui voir même très impliqué dans des causes qui lui tiennent à coeur.

♡ ༉ Profession 𖧧 :

Actuellement en étude d'art appliqué, il ne travaille pas encore si l'on parle du job de ses rêves. Nonobstant, il avait bien un travail, qui payait bien. De surcroît, il avait la chance de côtoyer le même milieu qu'une personne en particulier. Être mannequin n'est pas de tout repos. Il se surpasse constamment pour être à la hauteur mais c'est bien loin de lui déplaire au contraire il s'en sentait revigoré.

♡ ༉ Histoire𖧧 :

D'origine grec, ce fut là où Maëlen vu le jour. Il était en effet né en Grèce dans cette fameuse ville que l'on nomme Érétrie. Sa mère avait accouché sous x. Il n'avait jamais connu l'identité de sa génitrice cependant ça lui importait peu. D'aussi loin qu'il s'en souvienne il avait toujours vécu auprès de sa famille adoptive. Un couple de femmes l'avaient adopté, il fut un peu comme leur miracle elles avaient finit par abandonner après cinq ans d'attentes jusqu'au jour où on leur parla de Maëlen cette merveille qui égaya leur vie. Le garçon aimait de tout son coeur ses deux mères sans aucune distinction. Il n'en eut jamais honte quand bien même des idiots s'amusaient à l'harceler avec ça quand il était en primaire. À vrai dire les remarques des autres ne lui faisaient ni chaud bi froid. Un peu comme si le vide le touchait. Très mignon à son enfance il recevait souvent des déclarations d'amour.

Beaucoup venait paradoxalement des garçons. Maëlen était plutôt du genre efféminé pendant une très longue époque. Un grand nombre de coeur en fut chamboulé. Il ne montra aucun intérêt à une quelconque relation amoureuse et même platonique. Physiquement il ressemblait vraiment à une belle poupée comme en trouve dans les magasins. Des cheveux soyeux, blond, arrivant aux épaules , des cils long, une belle peau ainsi que de fin doigt. Malheureusement pour lui cette si belle période s'arrêta lorsque sa puberté commença. En effet cette dernière fut loin d'être indulgente avec lui. Peau grâce, boutons , prise de poids ; plus rien n'allait. Il passa du centre d'attention à l'inconnu. Dès sa sixième dame nature le gâta de cruels cadeaux.

Il fit la rencontre, à cette même période, d'un beau garçon. Son coeur avait, pour la première fois, battu plus vite que la normal et se serra. Il avait aimé cette sensation. Une si douce sensation qui éveilla le jeune homme. S'en suivit le début d'une malsaine fixation sur le garçon. Il essayait d'apprendre des choses sur lui par le biais d'autres, il lui arrivait de le surveiller ou de trop le regarder. Toujours de loin il l'admirait. Certaines faces de sa personne le faisait tant craquer. Il se sentait comme naturellement attiré par lui. Maëlen qui se pensait jusque là asexuel et aromantique dû à son désintérêt du monde apprit à découvrir un nouveau monde qui s'ouvrait à lui. Il désirait sincèrement être capable de lui faire face et de lui adresser la parole au moins une fois mais impossible pour lui.

Lorsqu'il fut en troisième et qu'il apprit de nouvelles choses sur Hayden et son avenir il décida de faire de son mieux pour être digne de lui. Lors des grandes vacances qui allaient le mener au lycée tandis que l'homme qu'il convoitait le quittait déjà il changea radicalement. La puberté l'avait enfin laissé en paix. Les traitements avaient fonctionnés sur lui et il se mit au sport. Il se sculpta un corps assez musclé sans trop l'être. Un corps parfait pour son visage. Il passa du blond au noir ainsi que du long au court. Ses mères l'avaient beaucoup soutenus et aidés dans son combat contre lui-même et cette petite voix qui le rabaissait tant dans sa tête.

Il a actuellement 16 ans et il est enfin considéré comme un vrai être humain par les autres. Il était loin d'avoir atteint son objectif. Toutes ces trois années au lycée il les consacrait à se construir, à se faire. Il était si heureux du résultat.

gé de 23 ans, il est mannequin depuis maintenant 4 ans. Toujours aussi populaire les ventes des magazines où il fait les titres se vendent de plus en plus. Sa communauté de fans s'accroient de jour en jour mais Maëlen est loin d'être complètement épanoui ni a atteint son but. Il faisair parti de ce genre de personne qui pprenne beaucoup trop facilement du poids et était en constant régime depuis sa première année dans ce monde. Il faut dire que le monde de la mode est bien loin d'être si joyeuse. Il en avait vu des choses passées dans ce milieu, certaines valent mieux d'être mis au silence et oublié. Il était tatoué et cela le rendit bien plus charmant. Il captivait un grand nombre de personnes. Il touchait un large publique avec ce mélange qui cassait les codes; son air androgyne se mariait si bien avec ses attraits de «mauvais garçon ».

Contrairement à beaucoup de personne, Maëlen était loin de se sentir complexé par son corps ou son poids. Si ça n'avait pas été pour Hayden, il se serait contentait de se laisser aller. Le jeune homme avait beaucoup d'amour propre et assez de confiance en soit. Néanmoins, il ne faut pas croire qu'il le montre, il reste humble et est loin d'être imbu de sa personne.

Il avait beau être jovial et toujours de bonne humeur cela n'empêche pas le fait qu'il soit tout aussi humain qu'un autre. Maëlen avait pas mal de faiblesses qu'il refoulait. Une partie ferait mieux de rester bien enfouis dans une partie de son esprit. Il est très sensible quand il s'agit de certains sujets. Il avait bien sûr une peur irrationnel d'être abandonné alors qu'il sait pertinemment que cela n'arrivera jamais. D'autres peurs sont bien trop honteuses ou douloureuses pour être dévoilés ainsi.

Après s'être battu maintes fois contre son manager il décrocha ce fameux rendez-vous professionnel avec Hayden. Il stressait comme pas possible mais était si heureux qu'il en oublia le stresse.

♡ ༉ Facts 𖧧:

Il a 23 ans
Il est de signe vierge
Il mesure 1m57 mais il arrondit toujours à 1m60
Il porte souvent des chaussures à plateforme pour paraître grand, c'est un de ses plus grand complexe.
Il a toujours peur du noir ce débile
Son prénom devait initialement être Éros mais ses mères ont décidé de le mettre en second prénom.
Il pourrait mourir pour trois personnes, ses parents et l'homme qu'il aime.
Il est légèrement (très) à fond sur Hayden. Il sait se tempérer ça s'est d'ailleurs bien calmé depuis ses 23 ans
Un jour il a écrasé une araignée sans le faire exprès et depuis il lui a fait une mini tombe et vient souvent s'excuser de l'avoir tué.
Son rêve est de devenir critique d'art.

OH HEY, FOR BEST VIEWING, YOU'LL NEED TO TURN YOUR PHONE